Espace et langage: La Tour d’amour de Rachilde et la Tour de Babel*

Espace et langage: La Tour d’amour de Rachilde et la Tour de Babel*

Cet article se propose d’offrir une analyse des rapports entre l’espace et les personnages dans La Tour d’amour, ro-man de la Décadence dont l’auteur est Rachilde. En particulier, ce travail cher-che à étudier comment l’espace a atrophié le langage et les capacités communicatives de l’un des personn...

Saved in:
Journal Title: Çédille, revista de estudios franceses
Author: Pablo Justel
Palabras clave:
Traslated keyword:
Language: French
Get full text: http://cedille.webs.ull.es/12/09justel.pdf
Resource type: Journal Article
Source: Çédille, revista de estudios franceses; No 12 (Year 2016).
DOI:
Publisher: Asociación de Francesistas de la Universidad Española
Usage rights: Reconocimiento (by)
Categories: Social Sciences/Humanities --> Language --AMP-- Linguistics
Social Sciences/Humanities --> Literature
Social Sciences/Humanities --> Literature, Romance
Abstract: Cet article se propose d’offrir une analyse des rapports entre l’espace et les personnages dans La Tour d’amour, ro-man de la Décadence dont l’auteur est Rachilde. En particulier, ce travail cher-che à étudier comment l’espace a atrophié le langage et les capacités communicatives de l’un des personnages et, par réaction, en fera de même avec l’autre. À partir de l’utilisation des mythes par la romanciè-re, des références à la divinité et, notam-ment, des nombreux exemples de la corruption du langage, on postulera que le phare où ils habitent peut être inter-prété comme une sorte de Tour de Babel décadente.
Translated abstract: In this article I analyze the relation-ships between space and the main charac-ters in La Tour d’amour, by Rachilde. More specifically I focus on how space has al-ready stunned one of the character’s speech and communicative abilities and it is now in the process of impairing speech in the other. By analyzing the novelist’s use of myths, references to the divinity and, espe-cially, the many instances that offer evi-dence of widespread corruption in the characters’ language, I show how the light-house in which the characters dwell can be interpreted as a decadent Tower of Babel.